Comment devenir Auxiliaire de puériculture

44 votes : 4.3
Parmi les métiers de la petite enfance, celui d'Auxiliaire de puériculture fait partie des professions les plus passionnantes. A la fois, métier de soins, d'éducation, de communication, de réconfort, la fonction d'Auxiliaire de puériculture peut être pratiquée dans des structures diverses du privé ou du public, offrant aux plus motivées de belles perspectives d'évolution et un métier enrichissant. Accessible par le biais de la formation initiale, ou avec la formation continue, pour celles et ceux qui souhaitent opérer une reconversion professionnelle vers un métier porteur et un métier passion, la profession d'Auxiliaire de puériculture est peut-être faite pour vous 

Les missions de l'Auxiliaire de puériculture

 

Que fait une Auxiliaire de puériculture ?

L'Auxiliaire de puériculture peut travailler dans diverses structures : crèches, hôpitaux, centres PMI (Protection Maternelle et Infantile) ou maternités. C'est en fonction de l'endroit où elle travaille que ses missions pourront être adaptées selon les besoins. Toutefois, même si elle travaille en structure hospitalière, son rôle ne va pas jusqu'à apporter des soins médicaux, ceux-ci étant plutôt destinés à la puéricultrice.
 

Que fait l'AP (Auxiliaire de puériculture) en hôpital / maternité ?

En tant qu'Auxiliaire de puériculture, elle peut travailler en collaboration avec une puéricultrice ou avec des infirmières. Si elle n'apporte pas les soins médicaux, elle prodigue les soins courants de toilette des nourrissons et le suivi de leur bonne santé (prise de température, pesage, préparation des biberons). Elle tranquillise aussi les enfants lorsque les infirmiers ou les puéricultrices ont des soins médicaux à leur administrer.
 
Elle a aussi pour missions d'aider les parents en leur montrant les gestes d'hygiène et de bien-être pour leur progéniture. Elle doit avoir pour ce type de mission autant d'aisance avec les parents qu'elle en a avec les enfants et doit savoir communiquer avec bienveillance pour rassurer les parents.
 
Elle assure l'entretien des chambres des enfants dans le respect des règles d'hygiène afin d'éviter toute transmission de microbes.
 

Que fait l'Auxiliaire de puériculture si elle travaille en crèche ?

Ses missions sont très variées tout au long de la journée et l'on peut comparer sa journée à celle d'une deuxième maman. Ses missions en crèche sont assez semblables à celles des assistantes maternelles qui officient en crèches ou aux éducateurs/éducatrices de jeunes enfants. Dans une journée, elle fera notamment : 
  • L'accueil des petits et, en fin de journée, leur restitution aux parents en les informant des progrès de l'enfant et d'éventuels soucis rencontrés ;
  • L'apprentissage aux petits de l'autonomie dans le quotidien pour aller aux toilettes, se laver les mains, etc.
  • La préparation et l'entretien des lieux d'accueil des tout-petits ;
  • La mise en place d'activités, de loisirs et de travaux manuels (peinture, jeux d'éveils, jeux…) et l'organisation de moments éducatifs et d'activités visant à développer la sociabilité de l'enfant ;
  • L'assistance à des activités communes où participent d'autres acteurs du monde de la petite enfance (éducateurs, aides-soignants…)
 

Que fait l'Auxiliaire de puériculture lorsqu'elle est engagée dans un centre PMI ?

Les PMI sont des centres de Protection Maternelle et Infantile. Chaque centre départemental est placé sous l'autorité du Président du Conseil Départemental. Ces centres ont pour vocation d'assurer la protection sanitaire de l'enfant et de sa mère.
 
Les PMI ont diverses missions liées à l'enfance : 
  • Dépistage des enfants en situation de handicap, mais également prévention auprès des parents et conseils aux familles (équipe médicale pour les consultations) ;
  • Le contrôle des services accueillant les enfants de 0 à 6 ans ;
  • Le contrôle des professionnels de l'enfance en particulier des assistantes maternelles.
Si ces centres assurent le contrôle et la surveillance dans le domaine de l'enfance, ils sont aussi des lieux d'accueil et d'information pour les parents qui souhaitent avoir un enfant ou qui viennent d'avoir un premier enfant.
 
L'Auxiliaire de puériculture utilise ici ses qualités d'observation et de bienveillance. Elle s'occupe des enfants avant les consultations, comme par exemple, en salle d'attente et peut parfois assister à la consultation si le médecin le souhaite pour rassurer l'enfant.
 
Elle pourra être amenée à se déplacer chez certains parents pour assurer un suivi et faire de la formation sur place pour aider la jeune maman dans son nouveau rôle et lui montrer les gestes indispensables pour organiser le cadre de vie de l'enfant.
 
Au sein d'un centre PMI, l'AP est aussi amenée à faire de la gestion administrative pour le bon suivi des dossiers médicaux.
 
Le métier d'Auxiliaire de puériculture peut être assez différent selon le lieu d'exercice du métier même si des missions sont communes. L'Auxiliaire de puériculture reste une véritable interface entre l'enfant et son parent, l'enfant/parent et le médecin, l'infirmière et l'enfant… Elle doit donc souvent être très à l'aise avec son milieu de travail, ses collègues et ses supérieurs, tout en étant également très accessible et avoir une bonne communication avec les parents. Enfin, elle doit pouvoir se mettre au niveau du petit enfant et être capable de comprendre son comportement, ses attitudes et s'adapter aux différents caractères des tout-petits.
 
Ce métier s'adresse aussi bien aux hommes qu'aux femmes, même si ces dernières sont aujourd'hui majoritaires dans la profession.
  Les missions de l'Auxiliaire de puériculture

Les qualités requises pour devenir Auxiliaire de puériculture

 

Qualités personnelles requises

Il est évident que, pour l'exercice d'un métier dédié à l'enfance et à la jeunesse, il faut avoir une certaine vocation et aimer travailler dans cet environnement. Ce métier requiert certaines qualités personnelles notamment : 
  • Avoir un bon équilibre psychologique ;
  • Etre en bonne santé et ne pas avoir une fragilité du dos car le métier exige souvent de s'abaisser au niveau des tous-petits ou de rester à genoux pour s'en occuper ;
  • Avoir de la patience et comprendre que les petits ont un rythme différent de celui de l'adulte et qu'en outre, ils ne connaissent pas forcément toutes les règles éducatives qu'il faut leur rappeler inlassablement, mais tout en douceur ;
  • Faire preuve de beaucoup de bienveillance ;
  • Avoir un tempérament calme ;
  • Faire preuve d'autorité lorsque cela est nécessaire ;
  • Avoir le sens des responsabilités,
  • Etre rigoureux,
  • Savoir faire preuve de vigilance afin d'éviter tous les accidents liés aux jeux et aux déplacements des petits ou des plus grands ;
  • Etre fiable,
  • Etre pédagogue pour apprendre à l'enfant les règles d'hygiène (se laver les mains, aller aux toilettes, savoir demander ce dont il a besoin…) ;
  • Etre capable de travailler en autonomie aussi bien qu'en équipe (au sein d'une crèche l'auxiliaire de puériculture peut travailler en lien avec d'autres équipes et participer à des réunions pluridisciplinaires).
 

Compétences professionnelles

 L'Auxiliaire de puériculture apprendra de nombreuses techniques de son métier au cours de sa formation. Dans son milieu professionnel, elle devra donc maîtriser : 
  • Les règles d'hygiène concernant les lieux d'évolution de l'enfant (chambre, lit) ainsi que les équipements utilisés pour les plus petits (règles de nettoyage des biberons, thermomètres, etc.) ;
  • Les soins d'hygiène aux bébés et aux jeunes enfants qu'elle devra mettre en pratique et enseigner également aux parents (notamment les jeunes mamans qui ont leur premier bébé) ;
  • Les techniques et gestuelles appropriées (exemple : comment tenir un bébé, comment le bercer…) ;
  • Les règles d'une alimentation équilibrée dans l'enceinte familiale (exemple : nutrition des bébés, besoins alimentaires des jeunes enfants, etc.) ;
  • La maîtrise des techniques permettant d'éveiller les plus petits (exemple : jeux d'éveil…) ;
  • Même si l'AP n'assure pas de soins médicaux, elle doit avoir une connaissance des différentes maladies infantiles et de leurs symptômes et être capable de réagir efficacement si elle détecte au sein d'un groupe un enfant malade pouvant être contagieux pour les autres.
Les qualités requises pour devenir Auxiliaire de puériculture

Les avantages et contraintes du métier d'Auxiliaire de puériculture

 

Les avantages du métier

Selon l'endroit où elle travaille, l'Auxiliaire de puériculture peut être fonctionnaire et bénéficier de la sécurité de l'emploi. Elle touche un bon salaire qui est évolutif selon les grades et les échelons, comme pour tous les métiers de la fonction publique.
 
En travaillant dans le secteur privé, l'AP peut gagner plus. Toutefois, il est rare que le salaire soit la première motivation pour exercer ce métier. Les personnes qui choisissent une telle fonction ont avant tout l'envie de travailler auprès des enfants. Il s'agit souvent d'une véritable vocation.
 
Les avantages principaux pour exercer le métier d'Auxiliaire de puériculture sont : 
  • Un métier enrichissant et passionnant ;
  • Un contact permanent avec des tout-petits ;
  • Un métier qui allie autonomie dans le travail et participation avec d'autres professionnels ;
  • Un métier qui permet d'apporter ses connaissances et son expérience en formant ensuite des mères, ou des stagiaires, futures AP qui apprennent le métier ;
  • Il n'y a pas de monotonie dans le métier, chaque enfant étant toujours différent ;
  • Le métier permet d'assister à l'évolution des enfants au cours d'une année ou plus ;
  • L'Auxiliaire de puériculture qui travaille dans une structure d'accueil comme la crèche ou la halte-garderie bénéficie d'horaires réguliers.
  • Le secteur du service à la personne en général et de la petite enfance en particulier est un domaine qui offre de belles perspectives d'emploi et d'évolution. La création de nouveaux postes est constante ;
  • Une personne qui a un bon niveau dans son métier et de bonnes références peut aussi trouver des emplois dans n'importe quelle région car ce métier recrute partout et si une AP a un projet personnel de déménagement, il lui sera facile de trouver un emploi.
 

Les contraintes du métier

Comme pour tous les métiers auprès d'un jeune public, il faut être capable d'avoir une bonne résistance au bruit et savoir faire régner l'ordre avec douceur et fermeté, en cas de chahut chez les petits. Les journées peuvent être parfois épuisantes, mais tout dépend de l'âge des enfants et du nombre dont s'occupe l'AP. Ceci n'est souvent qu'une faible contrainte pour les personnes qui aiment être entourées d'enfants.
 
Si elle exerce dans un milieu hospitalier, les horaires souvent décalés du fait des besoins plus urgents dans ce milieu, ainsi que le travail de nuit, le weekend et les jours fériés, peuvent représenter une contrainte chez certains. Si le travail en hôpital permet d'avoir de nombreux avantages liés au statut de fonctionnaire, il peut aussi être plus contraignant et fatigant physiquement et nerveusement car l'AP est souvent confrontée à la maladie des enfants et aux questionnements des parents.
 
Comme les tempéraments sont différents, il n'est pas donné à tout le monde de s'épanouir professionnellement dans le milieu hospitalier et dans ce cas, il vaudra mieux choisir d'intégrer une autre structure comme les crèches, les garderies ou les centres de PMI.

Niveau d'études et conditions pour intégrer une école d'Auxiliaire de puériculture

 

Conditions

Vous pouvez préparer la formation dès l'âge de 17 ans. Il n'y a pas de condition de diplôme. La motivation et la vocation pour travailler avec les enfants sont, bien sûr, indispensables.
 
Le métier est donc accessible aux étudiants issus de la formation initiale, mais aussi aux adultes qui ont un projet de reconversion professionnelle. Salarié ou en recherche d'emploi, vous avez toujours rêvé d'être Auxiliaire de puériculture ? Pourquoi ne pas tenter votre chance et, dans le cadre de la formation continue, accéder à ce métier qui vous passionne ?
 
Accès à la formation
 
La première étape est de choisir une école pour vous préparer au métier d'Auxiliaire de puériculture. Avant 2020, il fallait passer un concours avec des épreuves d'admissibilité et d'admission, mais la procédure a changé et, conformément à l'arrêté du 7 avril 2020 l'admission en IFAP (Institut de Formation d'Auxiliaire de Puériculture) se fait désormais sur dossier et entretien.
 
Il faut apporter un grand soin à la rédaction du dossier de candidature et le compléter avec toutes les pièces indiquées.
 

Préparation

Deux éléments doivent être préparés avec soin : le dossier et l'entretien. 
  • Le dossier comprend une dizaine de pièces justificatives dont le CV du candidat accompagné d'une lettre de motivation. Il doit aussi comporter un dossier manuscrit explicitant la motivation du candidat et détaillant ses expériences ou son projet professionnel.
  • L'entretien doit également se préparer en amont car il est déterminant pour accéder à la formation d'AP. Vous passerez devant un jury qui sera là pour évaluer vos aptitudes, vos connaissances liées au métier, votre motivation, votre comportement général.
Une préparation soignée du dossier et un entrainement aux questions orales qui seront posées par le jury permettent au candidat d'avoir toutes les chances de pouvoir être sélectionné pour entrer en Institut de Formation.
 
Toute personne est encouragée à se préparer en amont pour réussir cette étape. Faire une prépa est conseillée et vous permettra de gagner en aisance et d'en apprendre plus sur votre futur métier.
 
Vous pourrez choisir une prépa en présentiel ou en centre de formation à distance (exemple : EFM Santé Social) pour anticiper au mieux cette étape qui peut s'avérer difficile si vous êtes mal préparé. Une bonne formation théorique et pratique, qui vous familiarise avec votre univers professionnel futur, vous apprend les gestes du quotidien, vous aide à constituer votre dossier et à vous sentir bien préparé pour l'entretien devant le jury vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour intégrer plus facilement un IFAP.

La formation pour devenir Auxiliaire de puériculture

 

Formation initiale d'AP

Cette formation se déroule en 10 mois (en général de septembre à juin) et comprend 17 semaines de cours et 24 semaines de stage.
 
Les cours théoriques comprennent généralement 8 modules destinés à l'apprentissage des fondamentaux du métier (exemple : soins et hygiène de l'enfant, hygiène et organisation des locaux, organisation du travail, accompagnement à des activités d'éveil, capacité à transmettre les informations et à communiquer, etc.).
 
L'élève AP doit maîtriser les gestes et soins d'urgence et devra, au cours de sa formation, valider l'AFGSU de niveau 2 (Attestation de Formation aux Gestes et Soins d'Urgence).
 
A ces 8 modules théoriques, sont ajoutés 6 stages dans diverses structures (sociales, médico-sociales ou sanitaires) afin de donner à la future Auxiliaire de puériculture une expérience dans chaque domaine où elle pourra être amenée à exercer :
 
  • Stage auprès d'un service d'accueil aux enfants malades ;
  •  Stage en maternité ;
  •  2 stages en structure spécialisée dans l'accueil des jeunes mineurs de moins de 6 ans ;
  •  1 stage dans un service d'accueil pour enfant en situation de handicap (ou en pédopsychiatrie, ou en centre d'aide sociale à l'enfant) ;
  •  + stage optionnel
 
Aux 10 mois de formation, s'ajoutent 28 semaines d'apprentissage en entreprise réalisables sous forme de contrat d'apprentissage ou de contrat de professionnalisation.
 

Obtenir le DEAP (Diplôme d'Etat d'Auxiliaire de Puériculture)

Si l'élève a pu valider les épreuves écrites qui déterminent la bonne assimilation des 8 modules de formation théorique, et s'il a pu valider ses compétences professionnelles lors des stages et mises en situation professionnelle, il pourra valider le DEAP. Ce diplôme d'Etat est remis par la Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins (DHOS).
 
A savoir : ce diplôme peut également être obtenu au moyen d'une VAE (Validation des Acquis de l'Expérience) pour les professionnels ayant acquis une expérience solide dans le métier et pouvant justifier d'avoir toutes les connaissances théoriques et pratique du métier.
 
Il existe en France de nombreux Instituts de Formation d'Auxiliaires de Puériculture ou IFAP. On en recense 126 sur l'ensemble du territoire (exemple : IFAP d'Aulnay-sous-Bois, Bourges, Briançon, Caen, Calais, Tours, Colmar, Evreux, Grenoble, Marseille, Nantes, Nanterre, Toulon, Saint-Etienne, etc.).
 

Recrutement

Une fois son diplôme en poche, l'Auxiliaire de puériculture peut postuler à des annonces professionnelles ou envoyer sa candidature spontanée, dans le secteur privé, en joignant une copie de son DEAP à son dossier de candidature.
 
Certains sites spécialisés comme celui de l'ANAP (Association Nationale des Auxiliaires de Puériculture) postent régulièrement des offres d'emploi.

Débouchés et évolutions pour le métier d'Auxiliaire de puériculture

 

Où exercer en tant qu'Auxiliaire de puériculture ?

Les Auxiliaires de puériculture ont le choix en ce qui concerne l'établissement d'exercice de leur profession. Elles peuvent, en effet opter pour les crèches et haltes-garderies, les foyers mère/enfant, les centres PMI (Protection Maternelle et Infantile) ou encore les maternités/hôpitaux (urgences pédiatriques, service de néonatologie…). Enfin, l'Auxiliaire de puériculture peut être recrutée dans un institut médico-éducatif ou un centre d'éducation motrice : elle sera alors missionnée pour travailler auprès d'enfants ayant soit un handicap moteur, soit un handicap mental.
 
D'un point de vue géographique, c'est un métier qui est présent partout. Si l'offre de postes est plus importante dans les grandes agglomérations, du fait de la densité de population, il reste qu'il est tout à fait possible de s'épanouir dans une petite commune de province.
 

Combien gagne une Auxiliaire de puériculture ?

 La rémunération de l'AP dépend de son âge/expérience dans le métier, mais aussi de la structure de travail.
 
Si elle travaille dans la fonction publique territoriale (exemple : centre PMI) ou dans la fonction publique hospitalière (exemple : service néonatologie d'un hôpital) son salaire sera calculé en fonction de la grille indiciaire des salaires et pourra évoluer selon son grade et son échelon. Elle pourra avoir une rémunération comprise entre 1 537 euros bruts et 2 183 euros bruts mensuels.
 
Dans la fonction publique, l'Auxiliaire de puériculture pourra aussi compléter son salaire par des primes et indemnités.
 
Si elle travaille dans un établissement du secteur privé, l'AP peut avoir une rémunération plus importante avec l'avantage d'une convention collective du métier qui prévoit une augmentation de salaire allant de 3 % à 20 % selon les années d'ancienneté dans le métier. A ceci s'ajoute le supplément obtenu par la RIS (Rémunération Individuelle Supplémentaire) qui correspond à un pourcentage supplémentaire, calculé sur le salaire en fonction de l'assiduité et de l'investissement personnel du salarié dans son métier.
 

Les évolutions de carrière possibles pour l'Auxiliaire de puériculture

 
En se formant et en s'investissant dans ce métier passionnant, l'Auxiliaire de puériculture peut évoluer dans la profession. Soit, elle choisit de devenir Puéricultrice en se préparant au métier avec une formation complémentaire, soit elle peut bifurquer vers le métier d'Assistante Maternelle, demander son agrément et exercer à domicile si elle le souhaite.
 
Dans la fonction publique, l'Auxiliaire de puériculture pourra, après 3 années d'expérience dans le secteur hospitalier public ou après une expérience de même durée au sein d'un centre médico-social se présenter au concours de l'IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) pour se former et obtenir son DE (diplôme d'Etat) d'infirmière. Elle pourra également se présenter à d'autres concours pour devenir : Educatrice de jeunes enfants ou aide-soignante.
 

Contexte métier d'Auxiliaire de puériculture

 
Le métier d'Auxiliaire de puériculture est un métier qui recrute. Que ce soit dans le secteur public ou privé, les offres d'emplois sont nombreuses et les personnes qui ont la vocation pour ce métier et qui aiment travailler avec des enfants peuvent s'épanouir et bénéficier d'une belle carrière dans ce secteur.
 

L'Auxiliaire de puériculture exerce un métier au plus proche de l'humain. Un métier de service à la personne qui est loin de connaitre le chômage puisque ce secteur est très demandeur. L'Auxiliaire de puériculture, si elle aime travailler avec les enfants, doit aussi avoir beaucoup d'aisance et une bonne communication avec les adultes – parents d'enfants, collaborateurs, équipes pluridisciplinaires avec lesquelles elle participe. Si ce métier est majoritairement féminin, les hommes peuvent également exercer ce métier et puisqu'ils sont de plus en plus nombreux à participer à l'éducation de leurs propres enfants, voire à remplacer les mères absentes, ils sont aussi de plus en plus nombreux à viser ce type de profession.