Comment devenir Sophrologue

163 votes : 4.2
Si vous êtes passionné par les médecines douces et les soins au naturel et si vous souhaitez exercer un métier au plus près de l'humain, pourquoi ne pas vous tourner vers une formation de sophrologue ? Ce métier permet d'aider toute personne qui le souhaite à retrouver un meilleur équilibre et à vivre en harmonie.
 

Comment devenir sophrologue ?

 
Bien que la sophrologie soit née des travaux d'un neuropsychiatre, Alfonso Caycedo, elle n'est pas encore réglementée et il n'existe pas de diplôme d'État à ce jour en France. Pourtant, le métier évolue et la demande en formation et en choix de formations montre que l'intérêt des personnes pour apprendre à aider les autres avec des méthodes de soins naturels va en augmentant depuis quelques années.
 
Le sophrologue est un thérapeute qui utilise des techniques psychocorporelles afin de corriger certains troubles. S'il ne se substitue jamais à un médecin et ne pose pas de diagnostic médical, le sophrologue exerce une médecine alternative, ou complémentaire, qui, comme son nom l'indique, permet d'apporter un plus au patient et de compléter certains traitements. Ainsi, une personne dépressive peut être suivie par un médecin ou un psychothérapeute, mais obtenir une aide complémentaire en travaillant sur la confiance en soi, les pensées positives, l'amélioration de sa respiration, etc avec un sophrologue.
 
Le sophrologue, après un entretien nécessaire à l’évaluation des besoins de son patient, lui propose un programme personnalisé de séances pour l'aider à améliorer son bien-être.
 
Les champs d'application de la sophrologie sont nombreux : arrêt du tabac, perte de poids, retour à la confiance en soi, gestion du stress, accompagnement de la femme enceinte, etc.
 
Il est possible de se former à tout âge à ce métier qui est accessible tant aux jeunes issus de formation initiale, qu'aux adultes qui ont un projet de reconversion professionnelle. Le métier attire autant d'hommes que de femmes.
 
Pour entrer en formation, il n'y a pas de niveau de diplôme exigé. La formation pourra se faire en école (présentiel) ou par l'intermédiaire d'un centre d'enseignement à distance. Cette formation est nécessaire si l'on souhaite acquérir toutes les compétences techniques du métier. Elle se compose d'enseignement théorique, de stages et d'exercices pratiques qui permettent d'apprendre à mettre en place une consultation de sophrologie.
  Comment devenir sophrologue ?

Qu'est-ce que la sophrologie ?

 

Histoire et définition de la sophrologie

 
La sophrologie tire son nom du grec ancien, en particulier de trois mots :
 
  • « sôs » : harmonie,
  • « phren » : esprit,
  • « logos » : étude, science
 
La sophrologie est l'étude et l'utilisation de techniques psychocorporelles qui vont permettre à une personne de retrouver son équilibre. La sophrologie permet d'accéder à l'harmonisation de la conscience.
 
Elle est clairement définie grâce aux recherches du neuropsychiatre Alfonso Caycedo qui a donné naissance à la sophrologie caycédienne.
 
Alfonso Caycedo (1932-2017) est le père fondateur de la sophrologie. Né à Bogotá, en Colombie, il passe une grande partie de sa vie à étudier la conscience et ses modes de fonctionnement, ainsi que les états modifiés de conscience. Neuropsychiatre et professeur de psychiatrie, titulaire d’un titre de docteur en médecine et en chirurgie de la Faculté de Médecine de Madrid, ses premiers travaux portent sur l'hypnose clinique (École de Nancy). Il crée ensuite à Madrid la Société Espagnole d'Hypnose Clinique et Expérimentale.
 
C'est en 1960 qu'il fonde le premier département de sophrologie clinique (Madrid). Puis, pour explorer l'approche corporelle de la sophrologie, Caycedo se rend en Orient où il étudie le yoga et la méditation. Après avoir rencontré le 14ᵉ Dalaï Lama, il part au Japon pour s’initier au Bouddhisme zen. En tout, son exploration durera 2 ans.
Il s'est ainsi inspiré de sa formation médicale puis de ses voyages pour compléter sa technique et mettre en place les 3 degrés de la sophrologie dynamique.
 
Entre 1968 et 1982, il poursuit ses recherches sur la sophrologie dynamique et continue d'élaborer sa méthode à Barcelone où il est Professeur à l'école de psychiatrie de la faculté de médecine.
 
En 1985, il présente le quatrième degré de la relaxation dynamique à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.
 

Fonctionnement de la sophrologie

 
S'appuyant sur une guidance verbale du thérapeute, la sophrologie utilise un ensemble de techniques qui vont agir sur le corps et l'esprit. Il existe plusieurs techniques de sophrologie (sophrologie dynamique, sophrologie différentielle, …)
 
Les exercices vont faire travailler la respiration, la visualisation (productions d'images mentales) et la décontraction musculaire afin d'obtenir une harmonie corps-esprit et un réel bien-être général.
 
Lors d'un électroencéphalogramme, on peut observer des changements ou niveaux de conscience différents selon l'état d'une personne (exemple : personne réveillée, à demi-relaxée ou endormie). Les ondes sont observables sur le moniteur.
 
L'état de conscience situé entre la veille et le sommeil et que l'on utilise aussi en hypnose est appelé état sophro-liminal en sophrologie et va permettre au thérapeute d'aider son patient à retrouver l'harmonie qu'il recherche ou de travailler sur un objectif précis (utilisation de la sophrologie pour arrêter de fumer, gérer son stress, se préparer à une épreuve sportive…).
 
Si Alfonso Caycedo a laissé un héritage intéressant pour cette technique qu'est la sophrologie, d'autres noms sont considérés comme ayant eu un réel impact sur cette discipline après le décès de Caycedo.
 
On peut nommer ainsi Yves Davrou qui a travaillé sur la mise en application et la méthode de la sophrologie dynamique. Il était lui-même élève d'Alfonso Caycedo.
 
On trouve aussi d'autres courants comme la sophrologie analytique, l'approche sophrologique existentielle, l'approche sophrologique ludique, la relaxation progressive de Jacobson, la méthode Vittoz, le training autogène de Schultz, la méthode Alexander (eutonie) …
 

Bienfaits de la sophrologie et domaines d'application

 
La sophrologie caycédienne permet de retrouver un bien-être global, une meilleure confiance en soi et agit sur les troubles psychosomatiques.
 
Elle permet par exemple :
 
  • D'apprendre à gérer ses émotions et son stress ;
  • D'améliorer son image de soi et de retrouver une meilleure confiance en soi ;
  • D'améliorer les fonctions cognitives (concentration, mémorisation) ;
  • D'aider à atténuer certains troubles comme les douleurs, la tension artérielle ;
  • D'aider dans les dépendances (tabac, alcool, troubles alimentaires comme la boulimie ou l'anorexie) ;
  • D'aider à la préparation mentale (sport, accouchement, événement important…)
  • Etc.

On utilise la sophrologie dans plusieurs domaines : le sport, les maternités avec des techniques de sophrologie d'accompagnement à l'accouchement, la gestion du stress en entreprise, etc.
 
Le relâchement du corps et la relaxation musculaire ont un effet positif sur le mental, tandis qu'une vision plus positive du quotidien et de l'avenir, aide à détendre les tensions accumulées au niveau du corps.
  Qu'est-ce que la sophrologie</u> ?

Le rôle du sophrologue et lieu d'intervention

 
Au cours du premier entretien avec le patient, le sophrologue va définir un objectif en fonction des besoins de son patient (exemple : gérer son stress, l'aider à perdre du poids, améliorer son sommeil, etc.).
 
L'objectif de ce rendez-vous est d'élaborer ensemble un programme personnalisé qui va se dérouler sur plusieurs séances. Le programme peut consister en un ensemble d'exercices de respiration, d'exercices de relaxation dynamique mais aussi de visualisation.
 
Le sophrologue utilise sa voix pour permettre à son patient de se détendre afin d'atteindre l'état sophroliminal permettant d'entrer dans la séance. Le patient reste conscient de tout ce qu'il se passe et participe à la séance. La détente peut se faire en position assise ou allongée (porter une tenue décontractée) mais lorsqu'on utilise une sophrologie dynamique, il peut y avoir des exercices à pratiquer debout, avec une tenue de gymnastique par exemple.
 
Parfois on pourra se contenter de 2 ou 3 séances, mais il arrive souvent que le suivi se fasse sur une plus longue durée. Le patient doit pouvoir constater par lui-même les améliorations de son état au fur et à mesure des séances.
 
Le sophrologue peut exercer dans un cabinet de sophrologie ; il travaille alors à son compte, en profession libérale. Toutefois, il peut aussi travailler chez des clients comme consultant (exemple : se déplacer dans des entreprises ou des écoles, pour proposer des séances collectives pour apprendre à se détendre et à relâcher les tensions, le travail est ainsi plus généraliste).
 
Le sophrologue peut également être rattaché à une structure particulière (exemple : travail dans une maternité, un centre de remise en forme, un établissement sportif…).
 

Les missions du sophrologue

 

Que fait le sophrologue ?

 
Le métier attire autant d'hommes que de femmes. Toute personne qui a une réelle passion pour les médecines douces en général et s'intéresse à la sophrologie peut devenir sophrologue. Il n'y a pas de condition de diplôme pour entrer en formation.
 
Après sa formation, le sophrologue peut partager un cabinet avec d'autres personnes qui travaillent dans les médecines douces (exemple : naturopathe, diététicien…). Il peut aussi avoir son propre cabinet lorsqu'il a pu se constituer un portefeuille de clients suffisamment conséquent. Le bouche-à-oreille étant une bonne publicité, un sophrologue sérieux pourra, assez rapidement, se faire connaitre et avoir plus de clients.
 
S'il a son propre cabinet, il doit partager son temps entre ses patients et la gestion de son cabinet (comptabilité, gestion, organisation des rendez-vous). S'il partage un cabinet avec d'autres praticiens, il peut aussi partager une secrétaire qui va gérer notamment les agendas.
 
Le premier entretien permet de comprendre les attentes du patient et d'élaborer un programme de séances. Cette séance dure en moyenne 1 h 30.
 
Selon les cas, les séances suivantes peuvent être orientées vers la relaxation dynamique ou vers une autre forme de relaxation plus statique qui se fait soit en étant assis, soit en étant allongé. Le patient doit veiller à ne pas porter de vêtements trop serrés. Une séance peut combiner une relaxation dynamique, le travail sur la respiration puis la relaxation statique avec des exercices de visualisation.
 
Il y a également une partie « formation » qui va permettre au patient d'apprendre à refaire certains exercices par lui-même. Par exemple, s'il veut apprendre à gérer son stress, des exercices de respiration ou de relaxation statique, peuvent être répétés à tout moment dès lors que le patient en ressent le besoin. L'objectif est de l'aider progressivement à mettre en place des techniques relaxantes, chaque fois que cela s'avère nécessaire.
 
À chaque fin de séance, le sophrologue prend le temps de faire le point avec son patient et de discuter par rapport à son ressenti. Il pourra ensuite planifier la séance suivante.
 
S'il travaille en entreprise, le sophrologue doit préparer ses interventions et concevoir des exercices adaptés en fonction de la demande du client (exemple : apprendre aux employés à se détendre, prévenir le stress au travail, acquérir plus de confiance en soi, etc.).
 
Des ateliers de relaxation peuvent être organisés dans diverses structures : écoles, colonies de vacances, maisons de retraites, et même dans certains services hospitaliers (exemple : service spécialisé dans les dépendances ou certains troubles comme ceux de l'alimentation…). Le sophrologue peut aider aussi dans le traitement des dépressions.
 
En milieu médical, le sophrologue est un thérapeute qui travaille, non pas à la place du médecin ou du psychologue, mais en collaboration étroite. Il ne se substitue jamais à eux. Par exemple, s'il peut aider un patient dépressif, ce dernier doit aussi prendre un traitement médical adapté et/ou consulter un psychologue.
 
Le tarif d'une séance peut varier de 35 euros à 70 euros.
 
Le prix est fixé en fonction de la situation géographique (exemple : tarifs plus élevés à Paris, par rapport à la province) et de la notoriété du sophrologue.
  Les missions du sophrologue

Les qualités et compétences requises pour devenir sophrologue

 

Qualités humaines

 
  • Avoir le goût pour le relationnel et l'envie d'aider les autres,
  • Savoir être à l'écoute,
  • Avoir de l'empathie,
  • Avoir de l'assurance (important pour aider les personnes en manque de confiance en soi) ;
  • Être quelqu'un de rassurant ;
  • Savoir se montrer courtois ;
  • Dégager une certaine sérénité ;
  • Être tolérant ;
  • Comprendre facilement les besoins des autres ;
  • Faire preuve de patience ;
  • Avoir une bonne organisation ;
  • Être rigoureux et attentif ;
  • Faire preuve de créativité (proposer des séances adaptées en fonction du public concerné : adulte ou enfant, problème à résoudre, etc.).
 

Compétences techniques du métier

 
Elles sont étudiées au cours de la formation. Le sophrologue doit bien sûr bien connaitre l'histoire de la sophrologie et ses domaines d'application. Il doit également être capable de recevoir des clients de tous horizons et de tous âges. Il doit être un bon gestionnaire s'il se met à son compte, avec des connaissances en comptabilité, gestion d'entreprise et marketing.
 
Si le sophrologue est consultant et se déplace souvent, il doit avoir le permis de conduire ainsi qu’un véhicule pour se rendre à ses rendez-vous.
 
Il se tient au courant de tout ce qui se fait dans son métier (conférences, colloques, salons spécialisés) et s'intéresse aux études scientifiques qui paraissent régulièrement et font évoluer le métier.
 

Avantages et contraintes du métier de sophrologue

 

Les avantages

 
  • Pouvoir travailler au plus près de l'humain et aider les autres ;
  • Faire un métier passionnant et valorisant ;
  • Il n'y a pas de monotonie dans le métier : chaque patient et chaque cas à traiter est différent ;
  • Pouvoir exercer dans plusieurs domaines, avec différents statuts (salarié, consultant, profession libérale) ;
  • Pouvoir se former au métier à tout âge ;
  • Choix des formations disponibles (présentiel, formation à distance…) ;
  • Etc.
 

Inconvénients

 
  • Il faut parfois faire plus d'heures et être flexible, surtout si l'on travaille à son compte et que l'on reçoit en cabinet des personnes qui travaillent ;
  • Le métier est encore assez mal encadré et il n'existe pas de diplôme d'État pour exercer.

Les formations pour devenir sophrologue


Plusieurs solutions pour se former


Il n’existe pas de diplôme d'État actuellement et la sophrologie est une formation qui reste non réglementée, ce qui est d'ailleurs le cas de beaucoup de médecines douces.
 
Vous pourrez donc vous former et obtenir un certificat en fin d'études ou une attestation pour justifier de votre formation.
 
La formation est toutefois essentielle pour pouvoir garantir la qualité de vos interventions auprès de votre clientèle. Quelques organismes privés ont une offre de formation intéressante qui va permettre de devenir sophrologue.
 
Devenir sophrologue peut être un choix d'un jeune étudiant issu de la formation initiale, mais aussi d'un salarié ou d'un demandeur d'emploi ayant envie de changer de métier et voulant opérer une reconversion professionnelle. Il n'y a pas d'âge limite pour s'inscrire à cette formation.
 
Les formules d'enseignements peuvent proposer des formations sur plusieurs week-ends ou encore en semaine. Pour les centres de formation à distance, ils proposent un programme théorique qui peut s'étudier selon le rythme de chacun et est validé par un contrôle continu, puis une formation pratique (stage) dans un centre qui permet au candidat de mettre en pratique ce qu'il a appris.
 
Certains centres choisissent de faire homologuer leur formation de sophrologie afin qu'elle soit examinée devant une commission qui validera si le diplôme peut être inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Cependant, si vous optez pour une formation qui n'est pas inscrite au RNCP, cela ne veut pas dire que cette formation n'offre pas de gage de sérieux.
 
Vous pouvez vous renseigner notamment auprès de la Fédération des Écoles Professionnelles en Sophrologie (FEPS), de l'Académie de Sophrologie de Paris, de l'Institut de formation à la Sophrologie ou encore de l’École de Formation de Perpignan qui propose une formation, sur 6, 12 ou 24 mois, sanctionnée par un titre RNCP… (liste non exhaustive).
 
Il est possible de trouver une formation dans toute la France. Le niveau d'étude obtenu après vos études de sophrologie est l'équivalent d'un Bac + 2.
 
Il existe des Centres d'enseignement à distance qui forment au métier de sophrologue, comme Koreva.
 
Quelle que soit votre situation actuelle (salarié, indépendant, demandeur d'emploi), il existe certainement un moyen de financer votre formation. La plupart des formations proposées peuvent, par exemple, être financées par le CPF (Compte Personnel de Formation).
 

Contenu de la formation

 
Les formations proposent souvent différents modules.
 
Vous aborderez le plus souvent des thèmes comme :
 
  • Qu'est-ce que la sophrologie ?
  • Histoire et fondamentaux de la sophrologie ;
  • Les domaines d'application de la sophrologie ;
  • Les différentes techniques de la sophrologie ;
  • La respiration ;
  • L'approche de la personne et la conduite d'une séance de sophrologie ;
  • L'installation du sophrologue (gestion comptable et administrative, prospection, choix du statut…) ;
  • Le stage pratique

Après le cycle d'étude et l'obtention de leur certificat, environ 90 % des élèves exercent comme sophrologue dans les 6 mois.
  Les formations pour devenir sophrologue

Débouchés et évolution de carrière pour le métier de sophrologue

 

Salaire et évolution

 
Souvent à son compte et exerçant en profession libérale, le sophrologue peut percevoir environ 1 500 euros bruts lorsqu'il débute et cette rémunération sera évolutive en fonction de l'intérêt et de la fidélité de ses clients.
 
Un sophrologue débutant peut souhaiter partager son temps entre une activité salariée (recrutement par un centre de bien-être et de remise en forme par exemple) et une activité en cabinet, en profession libérale. En choisissant deux mi-temps avec des statuts différents, il pourra s'assurer un salaire correct même s'il débute.
 
Le sophrologue peut évoluer dans le métier et gagner confortablement sa vie, grâce à son expérience. Enfin, il lui est aussi possible de former à son tour de futurs sophrologues ou d'ajouter une autre corde à son arc en se formant à un autre métier des médecines douces qu'il pourra pratiquer avec son premier métier (exemple : naturopathe, praticien en énergétique, etc.).
 

Tendances du métier de sophrologue

 
Le métier de sophrologue est en constante évolution et s'il n'existe pas, à l'heure actuelle, de diplôme d'État, les choses évoluent car de plus en plus de personnes se tournent vers des moyens naturels pour améliorer leur forme et acquérir un équilibre au quotidien. L'harmonie corps-esprit est recherchée de façon préventive et parfois curative. La sophrologie ne présente pas de contre-indications puisqu'il s'agit d'une médecine douce et permet, tout en ne substituant jamais à une médecine allopathique, de venir compléter les soins pour atteindre le bien-être. On parle d'ailleurs de médecine complémentaire.
 
De plus en plus de personnes choisissent les médecines douces, pas seulement pour les petits bobos du corps mais aussi pour prévenir les troubles physiques et émotionnels. Ils ont conscience que l'ensemble corps et esprit est en constante interaction. Le sophrologue occupe, dans cette optique, un rôle central en aidant le patient à faire un travail de rééquilibrage : souffle, pensées positives, visualisation de scènes paisibles, conscientisation de son corps… À l'issue d'un travail commun, le sophrologue aura permis aussi, grâce à un accompagnement personnalisé, que son patient trouve les moyens d'accéder à ses propres ressources chaque fois que ce sera nécessaire pour aller mieux.